Histoire et Culture de la Région
Les Origines de L’Hospitalité
L'histoire de L'Hospitalet de l'Infant remonte à plusieurs siècles. L'hospitalité était alors un trait distinctif du village. En-effet, celui-ci doit son nom à un hospice fondé en 1344 par l'infante Pedro, fils de Jacques II (1267 -1327) et de Blanche d'Anjou (1280 -1310). Sa fonction était de fournir un abri pour les pèlerins et les voyageurs passant à proximité du Coll de Balaguer. Les restes de l'édifice sont encore importants dans le village, et on les retrouve près de Costalingua Language Academy.

Les Anciennes Colonies de la Région
Au cours de son histoire millénaire, la région a connu l'influence de nombreuses cultures, à commencer par les anciennes populations indigènes Ibères, puis la colonisation romaine, l'invasion des Wisigoths et enfin par les Arabes. Beaucoup d'artefacts de la région témoignent de la présence de ces peuples anciens, notamment des peintures rupestres datant du deuxième millénaire avant J.C. Les Phéniciens et les Grecs ont atteint les côtes de la Catalogne dans le VIème siècle avant J.C. et y ont établi divers comptoirs commerciaux (la colonie grecque d'Emporion, par exemple).
 
History & Culture of the Region
Tarragona, Amphithéâtre Romain

Les Romains se sont établis dans la région au IIIème siècle avant J.C., lors du conflit avec les Carthaginois pendant la seconde guerre punique (218-201 avant J.C). Durant ce conflit, l’Espagne a été l'un des principaux théâtres de batailles pour la suprématie sur la Méditerranée entre les deux super-puissances de Rome et de Carthage (en Afrique du Nord). Les principaux protagonistes romains dans ce conflit, les deux frères Publius Cornelius Scipion (mort en 211 avant J.C.) et Gnaeus Cornelius Scipion (mort en 211 avant J.C.), ont transformé la ville de Tarraco, Tarragone aujourd'hui, en une forteresse et un arsenal contre les Carthaginois. Par la suite, Tarraco devint la capitale de la province qui porte son nom. En 45 av. J.C., Jules César a déclaré Tarraco comme une colonie (terre accordée aux vétérans des légions romaines), et sous l'empereur Auguste (63 avant JC - 19 après JC), elle est devenue la capitale de la province romaine Hispania Citerior. Grâce à sa position stratégique pour le commerce et l'agriculture riche de l’arrière-pays, Tarraco a progressé pour devenir l'une des villes les plus riches et les plus influentes de l'Empire romain. Tarragone et ses environs conservent encore quelques édifices romains impressionnants qui témoignent de son glorieux passé, comme par exemple l'amphithéâtre romain qui offre une vue spectaculaire sur la mer, le forum romain, un grand aqueduc, un arc de triomphe et les restes de plusieurs villas romaines à proximité.
 
History & Culture of the Region
Arc de Bará, à 20 km au nord de Tarragone, le long de la Via Augusta, encore utilisée aujourd'hui comme route principale

Dans le cadre de leur infrastructure, les Romains fondèrent un réseau de routes dans la région, dont certaines marquent encore le paysage, comme, par exemple, la Via Augusta, qui couvre toute la route depuis Cadix jusqu’aux Pyrénées. A l'époque romaine, la route s'étendait sur environ 1.500 km, en passant par les villes de Gadès (Cadix), Carthago Nova (Carthagène), Valentia (Valence), Sagonte (Sagunto), Tarraco (Tarragone), Barcino (Barcelone), et Gerunda (Gérone). Son tracé est actuellement suivi par la route N-340 et l'autoroute A-7. Elle passe également dans le centre de L'Hospitalet de l'Infant, juste devant notre école Costalingua Language Academy. Tout au long de cette route principale, les petits établissements et comptoirs commerciaux romains ont commencé à se développer et croître à travers les siècles.
 
Le déclin de l'Empire romain d'Occident au IVème siècle après J.C marque le début d'une période de grande destruction et d'instabilité sociale sur la péninsule ibérique, en raison de l'invasion par les différents peuples germaniques, principalement par les Wisigoths et les Goths de l'Ouest. Ces peuples se sont battus âprement dans toute la péninsule ibérique. Au début du Vème siècle, les Goths de l'Ouest sont sortis vainqueurs, et ont dirigé par la suite la majorité de la péninsule Ibérique jusqu'au milieu du VIIIème siècle, lorsque leur règne a pris fin pendant l'invasion arabe. Comme on le sait, les Arabes régnaient sur de vastes régions de l'Espagne pendant plusieurs siècles, en laissant une influence culturelle et linguistique durable, en particulier dans le Sud. Dans la région de Tarragone, la "Reconquista" par les chrétiens s'est produite relativement tard par rapport à la partie nord de la Catalogne, et n’a été terminée que vers 1120.
 
L’ascension de la Catalogne
Jusqu’à ce jour, les Catalans ont été très conscients de leur héritage culturel distinctif et de leur histoire, marquée par les luttes dynastiques et les alliances changeantes dans la région. La conscience nationale est donc forte, et les mouvements séparatistes sont aussi vivants que jamais, malgré la tendance actuelle à la globalisation. Le Catalan, langue distincte du castillan parlé dans la majorité de l'Espagne, joue un rôle catalyseur de l'identité nationale, et indique clairement les relations culturelles et politiques compliquée entre Barcelone et Madrid.

Les origines de l’identité catalane peuvent être retracées depuis l'époque franque, à partir de 785 après JC, lorsque Charlemagne a commencé à régner sur la partie nord de la Catalogne. Ce territoire était alors appelé la « Marche Espagnole » et devait servir de rempart à l’Europe Méridionale contre l'invasion Arabe. L’identité catalane, avec son lien étroit avec les territoires européens grâce aux Pyrénées, a donc son origine dans la Marche Espagnole Franque. Un des comtes francs, Wilfred le Chevelu (Guifré el Pilos), fut le premier à unir plusieurs entités féodales sous son contrôle vers la fin du IXe siècle, établissant ainsi un précurseur de la Catalogne d'aujourd'hui. La date officielle de la naissance de la Catalogne est l'an 988, quand, sous Borell II (mort en 993), comte de Barcelone, l'indépendance politique a été déclarée. C’est à cette époque que le nom de « Catalogne » a commencé à apparaître en référence à une unité territoriale et politique et que la Senyera, à ce jour le drapeau national, a commencé à apparaître dans la région.
 
History & Culture of the Region
Illustration manuscrite représentant une scène de la bataille d'Alarcos (1195)

La Reconquista au XIème siècle marque le début de l'apogée de la Catalogne en tant qu'unité « nationale » indépendante. Un tournant se produisit en 1137, lorsque Ramon Berenguer IV forgea une alliance par mariage avec le royaume d'Aragon ouest. Le traité qu'il signa avec son beau-père est considéré comme l'un des coups de maître de l'histoire médiévale. Une période d'expansion et de prospérité suivront : entre 1229 et 1238 Jaime le Conquérant (1208 -1276) conquit les îles Baléares, ainsi que la région de Valence, qui était encore occupée par les Arabes à l'époque. Dans le même temps, une administration qui fonctionnait fut établie et le commerce commencea à fleurir dans toute la Méditerranée. En 1262, la Sicile y fut ajoutée par le biais d'une alliance de mariage, et en 1323, la  Sardaigne fut également conquise. Le royaume commun prospère de Catalogne et d’Aragon domina alors l'ensemble de la Méditerranée occidentale. Avec la prospérité économique, les arts et les sciences ont aussi commencé à fleurir. Le poète et érudit Ramón Llull (environ 1235-1316) né à Majorque, est considéré comme le représentant le plus important de la poésie médiévale catalane. C'est lui qui a créé une langue littéraire catalane : en-effet, il écrivait ses poèmes et ses traités savants non pas dans la langue des érudits, le Latin, mais dans la langue «commune» du peuple.
 
History & Culture of the Region
Cour Catalane
 
La Catalogne se composait de plusieurs cours féodales ayant leurs propres juridictions. Elle fut gouvernée non seulement par le roi, mais aussi par un organisme législatif, «  les Corts Catalans », dans lesquels la noblesse, l'église, mais aussi de plus en plus les guildes urbaines qui étaient alors en pleine expansion, exerceaient une influence considérable. Cette répartition du pouvoir était plutôt rare à cette époque, même si la grande majorité de la population n'avait toujours pas son mot à dire dans les décisions politiques. C'est dans ce contexte féodal que L'Hospitalet de l'Infant se développa pour se transformer en étape sur la route des pèlerins et des marchands. En l'an 1153, Ramón Berenguer IV, comte de Barcelone, donna le territoire auquel appartenait l'Hospitalet (« Baronia Entença ») à Guillaume de Castellvell. En 1304 commencea la re-population des environs de L'Hospitalet de l'Infant qui avaient été peu à peu abandonnés. En 1346, Pedro Infante, fils de Ramón Berenguer et Blanche d'Anjou construisit un hospice pour les pèlerins et les voyageurs à proximité de l'actuelle Via Augusta, la route principale dans la région. La situation géographique favorable du village, entre les plaines de Tarragone au nord, les zones rurales de l'intérieur vers l'ouest et le delta de l'Ebre vers le sud, favorisait les échanges culturels et le commerce avec les autres peuples, promu par diverses routes.
 
Le déclin de la Catalogne
Le déclin de la Catalogne débuta en 1410, lorsque Martin d'Aragon (1356 -1410), également appelé « l’Humain », dernier descendant de la vieille dynastie catalane, mourut. La coopération prospère de Catalogne / Aragon laissa la place à une prédominance de la Couronne d'Aragon. Enfin, lorsque le roi Ferdinand II d'Aragon (1452 -1516) épousa  Isabel (1451 -1504), la successeure au trône de Castille, les relations de pouvoir changèrent de façon spectaculaire. La règle des «rois catholiques», comme ils étaient désormais appelés, relégua la Catalogne à un rôle subalterne. La couronne de Castille a imposé sa propre administration ainsi que sa propre langue sur la Catalogne. Par ailleurs, la région a cessé de jouer un rôle commercial important lorsque l'Amérique a été découverte en 1492 : les routes commerciales de la Méditerranée se déplacèrent à l'Atlantique pour le Nouveau Monde. C'était l'âge d'or de l'Espagne, dont on disait qu’elle était le royaume oú le soleil ne se couchait jamais.

Opprimés par de lourdes charges fiscales, les Catalans se révoltèrent contre la couronne de Castille entre 1640 et 1652 avec le soutien de la France. Cette révolte populaire est connue comme la «révolte des faucheurs» (« Segadors »), dont l'hymne catalan « Els Segadors » découle. La révolte a échoué en raison de la puissance écrasante de l'armée castillane. En 1659, le Traité des Pyrénées entre la monarchie castillane et la France priva alors la Catalogne de ses territoires dans les montagnes, notamment le Roussillon, et aussi de certaines parties de la Sardaigne.
 
History & Culture of the Region
Els Segadors

Au XVIIIème siècle, la Catalogne fut à nouveau victime d'un combat entre de grandes puissances. La guerre de succession espagnole (1701-1714) a vu la dynastie austro-hongroise des Habsbourg, soutenue par "l'Alliance Haag" des Etats européens, entrer conflit avec les Bourbons français. La Catalogne accordèrent leur confiance aux Habsbourg, car elle les croyait mieux à même de réaliser leurs espoirs d'une entité nationale et de rétablir leur présence commerciale dans la région. Toutefois, ces espoirs ont été réduits à néant lorsque le roi Philippe V de Bourbon (1683 - 1746) conquit Barcelone, la ville qui s'était opposée à ses prétentions territoriales le plus longtemps, après un siège violent le 11 Septembre 1714. Depuis ce jour, les Catalans commémorent cet événement lors de la fête nationale appelée « la Diada » le 11 Septembre. Bien sûr, ce qu'ils célèbrent en ce jour n'est pas leur défaite, mais plutôt leur farouche résistance contre les Français, ainsi que leur ancienne prétention à l'indépendance nationale. Philippe V punit sévèrement les Catalans de leur révolte, en imposant des mesures répressives massives. Les institutions catalanes ont été abolies et langue catalane interdite. La Catalogne est devenue une province espagnole à part entière  dépendant du règne de Castille.
 
Renaissance Catalane
Le progrès économique a recommencé avec une première vague d'industrialisation, en 1741, notamment grâce au textile. Les constructions de navires sont également devenus prospères à Barcelone. La Catalogne a accordé l'accès aux nouveaux marchés vers le Nouveau Monde. Avec la prospérité économique croissante, l'identité culturelle a commencé à s'affirmer, donnant lieu à des mouvements nationalistes. Au milieu du XIXe siècle, les premières impulsions nationalistes ont commencé à se faire sentir, sous l'influence des mouvements romantiques répandus à travers l'Europe, propageant l'unité de la langue, la culture et l'entité nationale. En Catalogne à ce moment-là, surgit un mouvement revivaliste dans le langage et la culture catalanes appelé « Renaixença ». Le but de ce mouvement a été la restauration complète du catalan comme langue culturelle, non seulement par la promotion de diverses formes d'art, de théâtre et de littérature, mais aussi pour tenter d'établir une base normative de la langue (cette dernière, toutefois, ne s’est pas entièrement réalisée avant le premier quart du XXème siècle). Comme pour la plupart des autres mouvements romantiques, son admiration du Moyen-Age était mise en exergue et donc souvent reflétée dans l'art, et à Barcelone, le concours littéraire médiéval connu sous le nom « Jocs Florals » ou « Jocs de Gaia Ciència » est réapparu.
 
Vers la Catalogne Moderne
History & Culture of the Region

C'est seulement en 1932, lors de la soi-disant Seconde République, que la Catalogne a obtenu un statut politique autonome presque total, avec son propre Parlement. Cependant, celui-ci fut de courte durée : en 1934, toutes les tentatives pour obtenir l'indépendance complète ont échoué. Les troubles continuaient. C'était aussi l'époque de conflits de travail qui paralysaient la région avec des grèves générales, exacerbant ainsi le conflit entre les forces de gauche et de droite. Même après la victoire électorale du Front Populaire en mai 1936, le situation ne se stabilisa pas ; elle s'aggrava au contraire. Le pays tout entier était submergé par des grèves et la violence ; l'Espagne était dans un chaos total.

L'assassinat du parlementaire de droite Calvo Sotelo le 13 Juillet 1936 marqua le début d'une révolte militaire qui mena à la guerre civile espagnole (1936-1939), qui, à son tour plongea dans la Catalogne dans sa possible période la plus sombre de l'histoire. Appeler ce conflit une guerre civile est en réalité une fausse appellation. La guerre civile espagnole connut les «nationalistes», un gang de professionnels armés, anti-démocratiques et militaires d'un côté, et de l'autre, des soi-disant «républicains», groupe auquel appartenait la majorité de la population civile. Les nationalistes gagnèrent une bataille décisive sur la rivière de l'Èbre, le 6 Novembre 1938, alors que l'Hospitalet de l'Infant était bombardé par les avions de combat allemands et italiens. Le 26 Janvier 1939, les troupes de Franco occupèrent Barcelone. Le régime de Franco marqua un point bas dans l'histoire de la Catalogne. Après l'occupation de Barcelone, la majorité des personnes appartenant à l'élite catalane qui n'avait pas fui en exil fut assassinée. Des décennies de répression politique et culturelle systématiques suivirent, beaucoup de gens furent mutilés, infirmes, et considérés comme des prétendus subversifs politiques. L'utilisation de la langue catalane a été interdite et déclarée comme un crime.
  
Ce fut seulement après la mort de Franco en 1975 que les Catalans ont retrouvé leur confiance après des décennies de répression sévère. Après 40 ans de dictature de Franco, les élections démocratiques ont eu lieu en Espagne pour la première fois en 1977. La démocratie a apporté une autonomie provisoire à la Catalogne. En 1979 la Catalogne s'est vu accorder un statut d'autonomie officielle avec le bilinguisme reconnu et une partielle auto-détermination en matière administrative et juridique. Déjà, les premières élections régionales ont été massivement remportées par la coalition conservatrice de la Convergencia I Unió (CiU) dirigée par Jordi Pujol, qui est resté président de la Generalitat jusqu'au nouveau millénaire.